04 avril 2015

Contre Edith Piaf (Du regret)

On connait l’indulgence "coupable" de George Steiner pour la chanson « Je ne regrette rien » d’Edith Piaf : « Les premières mesures, l'accelerando martelé par Edith Piaf dans « Je ne regrette rien » - le texte est infantile, la musique est trop forte, et l'utilisation politique qu'on en fit à la fin de la guerre d'Algérie est répugnante - font vibrer toutes mes fibres, brûlent froidement au fond de moi et m'induisent à commettre Dieu sait quelles infidélités à la raison chaque fois que j'entends cette... [Lire la suite]