31 janvier 2016

La charge de Corcuff contre Lordon

« Les gauches de l’émancipation ont largement laissé le terrain d’une politique raisonnée de nos émotions à ses usages étatistes, sans ne guère chercher de voies alternatives partant des germes semés dans les réactions post-attentats en fabriquant des résistances civiles avec ceux qui se sont sentis touchés. Un apprenti «philosophe-roi» comme Frédéric Lordon, intronisé principal penseur de la gauche radicale par le Monde diplomatique, a même mis préalablement des bâtons à prétention théorique dans les roues de cette possibilité.... [Lire la suite]
Posté par BennyProfane à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 janvier 2016

Aylan : l'inquiétude d'Alain Finkielkraut

Le visage de l’enfant est en partie visible, on distingue une oreille, un œil fermé, une joue, mais pas son nez, ni sa bouche, perdus entre eau et sable. L’enfance est synonyme de fragilité, certes, mais cette image déborde cette réalité par l’abandon qui s’y lit, par l’absence de toute tension vitale dans ce corps allongé sur le ventre. Si le doute était possible, ce bras gauche inerte le long du corps, paume vers le ciel, achèverait de nous convaincre. Paradoxe : la tête d’Aylan repose du côté de la mer, ses pieds sont sur la... [Lire la suite]
13 janvier 2016

Retrouver le geste pur...

Voici un extrait d'une petite conversation tranquille (avec sa transcription) à propos d'aïkido, de tir à l'arc et de cérémonie de thé, extraite de l’émission « Les Racines du Ciel » du 19 avril 2015 intitulée « l'exercice de la Sagesse » dont l’invité était Jacques Castermane : - Leili Anvar : « C'est une tension très forte de tout le corps, mais si on ne maîtrise pas cette tension, si on ne sait pas justement transformer la tension en détente, alors on est arrêté dans son geste et on ne peut pas continuer. Est-ce que c'est... [Lire la suite]
07 décembre 2015

Il faut sauver le soldat "Etat" (Lecture d'Imperium de F. Lordon)

« J’éprouve que je suis responsable d’un monde que je n’ai pas créé » Brice Parain (cité dans Critiques Littéraires – Situations I, Aller et retour, Jean-Paul Sartre).   Marseille, janvier 2015   Le dernier opus philosophique de Frédéric Lordon pourrait se résumer en deux phrases formulées à la page 240 : « La pensée libertaire ne veut pas voir le vertical. Elle ne veut pas voir non plus la violence. » Il s’agit pour l’auteur de rappeler à « ses amis » la nécessité de l’Etat,... [Lire la suite]