La Grande Traversée Rimbaud en mille morceaux sur France Culture nous permet de revenir sur la prétendue identification de Rimbaud sur une photographie prise à la terrasse de l’Hôtel de l’Univers, à Aden.

 

rimbaud

 

Dans le quatrième épisode de la série proposée par la radio publique, Jean-Michel Djian se moque gentiment de ceux qui doutent de cette identification. Or, pour ceux qui en seraient restés aux annonces tonitruantes de mai 2014 (« les experts ont identifié Rimbaud », « Une étude biométrique prouve que … »), il faut à tout prix lire le document de Brice Poreau à l’origine de cet enthousiasme :

https://drive.google.com/file/d/0B9g89KjD-SICVWZHS2JrSUpyS0U/view

Hypothèses audacieuses, erreurs de calculs, voire changement inexplicable de valeurs reportées d’un tableau à un autre, méthodologie suspecte (pour donner l’exemple le plus frappant, on n’y additionne pas les valeurs absolues des écarts, mais on n’y conserve les valeurs relatives, ce qui a pour effet une réduction des différences, les valeurs positives compensant les négatives), et autres bizarreries sautent aux yeux à la première lecture. Mais, d’autres internautes ont parfaitement relayé ces incohérences dès l’année dernière, et en détails, par exemple :

http://www.cynthia3000.info/gregory-haleux/index.php?tag/brice-poreau

http://rimbaudetaitunautre.blogs.dhnet.be/archive/2014/04/29/rimbaud-a-aden-les-experts-saison-3-2.html

Je ne sais toujours pas si le personnage assis à droite sur la photo est Rimbaud, mais, dans tous les cas, conclure quoi que ce soit de cette pseudo-étude relève de la manipulation. La reprise par une grande partie de la presse témoigne, s’il en était encore besoin, tout à la fois (et ce n’est pas contradictoire) de l’aura qui entoure la science et du peu de sérieux de son traitement par les journalistes. L’écroulement des autorités, notamment religieuses, a eu pour effet de faire de la science l’un des derniers recours dans l’art de convaincre. La tentation est dès lors grande d’en imiter l’apparence pour imposer ses vues. Si l’on y prend garde, l’habillage suffit et une simple prétention à la scientificité avec un enrobage jargonnant (ici « biométrique de similarité ») risque de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. La multiplication de prétendues études sur toutes sortes de sujet (notamment concernant la santé) n’est qu'un symptôme de ce phénomène.

rimbaud détail