real-eyes
Real eyes realize real lies

Le 12 mars 2013, lors d’une audition au Congrès, le sénateur démocrate Ron Wyden interroge sous serment le directeur du Renseignement National James Clapper au sujet de la surveillance :

Ron Wyden: « L’été dernier, le directeur de la NSA était à une conférence, et une question lui a été posée à propos de la surveillance des Américains. Il a répondu, et je cite ici, que « les histoires selon lesquelles nous aurions des millions ou des centaines de millions de dossiers sur des gens sont entièrement fausses ». La raison pour laquelle je pose la question est qu’ayant servi dans le comité depuis une douzaine d’années maintenant, je ne sais pas vraiment ce qu’est un dossier dans ce contexte. Donc, ce que je voudrais voir c’est si vous pouvez me répondre oui ou non à la question : « La NSA recueille-t-elle des données de quelque nature que ce soit sur des millions ou des centaines de millions d’Américains ? » [“Last summer, the NSA Director was at a conference, and he was asked a question about the NSA surveillance of Americans. He replied, and I quote here, 'the story that we have millions or hundreds of millions of dossiers on people is completely false.' The reason I’m asking the question is, having served on the committee now for a dozen years, I don’t really know what a dossier is in this context. So, what I wanted to see is, if you could give me a YES or NO answer to the question: Does the NSA collect any type of data at all on millions or hundreds of millions of Americans?"]

James Clapper: « Non, Monsieur » ["No, sir." ]

Ron Wyden : « Non ? » ["It does not?"]

James Clapper : « Pas sciemment. Il y a des cas où ils ont pu peut-être en recueillir par inadvertance, mais pas sciemment. » ["Not wittingly. There are cases where they could inadvertently, perhaps, collect, but not wittingly."]

Ron Wyden's exchange with Director of National Intelligence James Clapper

 

Trois mois plus tard, à partir du 6 juin 2013, Edward Snowden commence à révéler les détails du programme de surveillance de masse. James Clapper, malgré plusieurs demandes de démission pour faux témoignage, mensonge sous serment et obstruction à la justice, est toujours à ce jour directeur du Renseignement National américain.