046156-000-A_5jahreleben_07x-1422988404515
 © HR/UFA Fiction

A l’occasion de la diffusion ce soir sur ARTE du téléfilm de Stefan Schaller « Survivre à Guantanamo », voici une traduction personnelle du témoignage d’un général en retraite paru le mois dernier sur www.politico.com :

« J’ai contribué à la création de la prison de Guantanamo. Aujourd’hui, je veux qu’elle ferme. »

L’Histoire jugera sévèrement l’Amérique si nous ne le faisons pas.

Par le général de division Michael Lehnert (en retraite)

Le 11 janvier 2015

« Il y aura treize ans ce mois-ci, j’arrivai en baie de Guantanamo, à Cuba, en tant que commandant en charge de construire et de faire fonctionner un centre pour des détenus talibans et d’Al Qaïda. Aujourd’hui, ce centre de détention est une tache dans notre histoire et devrait être fermé.

Je dis cela alors que j’ai contribué à le créer. Je ne suis pas le seul de cet avis. Plus de 50 généraux et amiraux en retraite ont déclaré que Guantanamo devait être fermé. Des hommes d’Etat, des hauts responsables de la sécurité nationale, et des fonctionnaires de toutes obédiences politiques, tels que Henry Kissinger, Colin Powell, Hillary Clinton et Robert Gates, ont dit que Guantanamo devait être fermé. Le Président George W. Bush a voulu fermer le centre, et dès sa deuxième journée en fonction, le Président Barack Obama a signé le décret présidentiel qui engage son administration à fermer Guantanamo.

L’an dernier, son administration a pris des mesures – timides mais significatives – en vue de cet objectif. Quand le Président Obama est entré en fonction, il y avait 242 détenus. Au début 2014, ils étaient 155. Cette année, 28 détenus ont été transférés, laissant sur place 127 individus. Parmi ceux qui restent, 59 sont libérables pour transfèrement. Durant l’année 2014, le gouvernement a mené 9 auditions de « révision périodique » pour déterminer si une détention prolongée était nécessaire. C’est un vrai progrès, mais cette procédure n’est guère adaptée à l’urgence du problème. Dans la perspective des mois à venir, ma recommandation est que le Président Obama transfère tous les détenus libérables à la fin de l’année 2015.

Pourquoi vouloir fermer Guantanamo? Parce que ce centre a toujours été envisagé en tant qu’établissement temporaire. Il y a eu une crise de détenus en Afghanistan que les forces présentes là-bas ne pouvaient gérer alors que l’hiver s’annonçait. Nous avions besoin d’un lieu sûr et approprié pour garder les détenus. Cela arrive dans chaque guerre. Ma mission à Guantanamo devait durer 60 jours. Mais dès les premiers jours qui ont suivi l’arrivée des premiers détenus,  je me suis inquiété du fait que le centre de détention n’allait pas être une opération de courte durée. Le processus pour décider de ce que nous devions faire avec les détenus a été hésitant et alambiqué, alors que les avocats se battaient contre la bureaucratie. Malheureusement, ces débats se poursuivent encore aujourd’hui.

L’Histoire continue de juger nos décisions – des décisions prises quand nous étions en colère et terrorisés. Ce que nous sommes en tant que nation ne saurait être séparé de nos actes. Rien est exagéré quand il s’agit d’évaluer les dommages causés par l’existence prolongée du centre de détention de Guantanamo. Des gouvernements répressifs l’utilisent pour détourner les critiques de leur politique en nous accusant d’hypocrisie. Des extrémistes violents l’utilisent comme outil de recrutement. C’est un symbole de torture, d’injustice, et d’illégitimité pour beaucoup autour du monde.

Fermer Guantanamo s’est révélé plus difficile que prévu, mais à condition d’un leadership intelligent et convaincu de la part du Président et du Congrès, c’est possible. Cela exigera un effort bipartite ; le Sénateur McCain et le Sénateur Feinstein ont parlé de manière éloquente et courageuse lorsqu’ils ont appelé à la publication du rapport sénatorial concernant la torture. Leur exemple fournit un bon début pour trouver une solution qui, tout en reconnaissant les dangers du monde dans lequel nous vivons, ne permette pas à nos ennemis de changer ce que nous sommes.

Même si les raisons morales, légales et stratégiques de fermer Guantanamo ne semblaient pas suffisantes, ajoutons que c’est la prison la plus coûteuse du monde à de nombreux égards. Le coût annuel de Guantanamo par détenu représente aujourd’hui 3 345 061 dollars [plus de 2,9 millions d’euros]. Le coût moyen annuel pour maintenir un prisonnier dans les quartiers de très haute sécurité (supermax) les plus chers aux Etats Unis est estimé à 78 000 dollars par an (près de 68 000 euros)

Beaucoup de choses ont été écrites par rapport aux inquiétudes concernant les détenus qui « reprendraient la lutte ». Je partage ces inquiétudes, mais en tant que Marine et en tant que commandant, une grande partie de ma vie professionnelle s’est déroulée autour de la gestion du risque, et non de son élimination, ce que je sais être un objectif irréaliste. Selon le Directeur du Renseignement National, 6,7% des détenus libérés par le Président Obama sont suspectés d’avoir repris ou ont repris des activités de terrorisme ou de rébellion. Nous pouvons et nous devons gérer ce risque par des garanties de sécurité, de contrôle, de réhabilitation, et toute autre mesure raisonnable. Les risques associés à garder ouvert Guantanamo sont plus difficiles à atténuer, et le mal sera beaucoup plus durable.

Quelles actions pouvons-nous prendre cette année? D’abord, les détenus libérables devraient être transférés immédiatement. Ensuite, le processus de révision périodique devrait être accéléré – toutes les révisions terminées pour la fin 2015. Enfin, il y a un nombre de détenus restants qui devront être déplacés aux Etats-Unis pour être jugés ou emprisonnés. Le Congrès devrait reconnaître cela et autoriser ces transfèrements vers une prison américaine. Nous ne devrions pas répéter les erreurs du passé en établissant sur le sol américain un établissement de détention militaire permanente pour les terroristes.

Fermer Guantanamo c’est rétablir ce que nous sommes en tant que nation. Des terroristes ont réussi à nous détourner des valeurs fondamentales qui font des Etats-Unis un pays exceptionnel. Il est temps de réaffirmer ce que l’Amérique représente : que nous sommes encore « la cité radieuse sur la colline », et que nous représentons l’autorité de la loi et le respect des droits humains. Le but des terroristes est de nous changer, de changer ce que nous disons représenter, et de nous faire vivre dans la peur. Tant que Guantanamo existe, les terroristes peuvent légitimement dire qu’ils ont rempli leurs objectifs. Il est temps pour l’Amérique d’arrêter de vivre dans la peur et de faire échouer le terrorisme avec notre arme la plus puissante : les valeurs américaines ; Il est temps de fermer Guantanamo. »

Traduit de http://www.politico.com/magazine/story/2015/01/guantanamo-closing-i-helped-create-gitmo-now-i-want-it-shut-down-114162.html

Ne pas hésiter à me signaler les erreurs.